Stephen King, écriture mémoire d'un métier, couverture

Écriture : Mémoire d’un métier de Stephen King

Ce lundi, j’avais énormément de temps à tuer, je n’étais pas chez moi et je devais patienter. J’ai pu anticiper cette journée et j’ai fait en sorte d’être « libre » de lecture. Car j’ai horreur de lire plusieurs livres à la fois.

Lorsque c’est possible, je prends donc un livre court et il passe rarement la journée.

Pour cette journée, j’avais jeté mon dévolu sur « Écrivain : Mémoire d’un métier » de Stephen King.

J’ai pris ce livre sur les conseils d’un ami (il se reconnaitra). C’est lui aussi qui m’a tanné pour que je lise du Stephen King et depuis de l’eau à coulé sous les ponts et quelques livres de cet auteur ont été lus.

Stephen King n’est pas le meilleur, n’est pas le plus classe, ni le plus majestueux des écrivains. Mais c’est sans conteste l’écrivain le plus efficace de notre temps.

Partant de cet état de fait et au regard de mon activité actuelle, je me suis lancé dans ce petit manuel, car sur les 349 pages, environ 130 pages sont consacrées à des leçons d’écriture.

La première partie l’auteur expose une autobiographie, courte, parfois drôle, qui permet de comprendre son parcours et son écriture.

La seconde partie est consacrée à l’écriture, composée de diverses leçons, présentée comme une boite à outils. Les conseils sont très pertinents et il est difficile d’y trouver des critiques. C’est clair, concis et efficace.

La dernière partie se focalise sur un accident qu’il a subi pendant l’écriture du présent livre. Il s’est fait renverser par un van. Il a failli y rester et parle de la façon dont l’écriture l’a sauvé.

Finalement le livre ce lit comme un court roman de l’auteur et les conseils d’écriture sont intéressants, même si vous n’avez pas la volonté d’écrire. Ils permettent de comprendre certains des mécanismes de cet art.

Je l’ai littéralement dévoré, comme toujours avec Stephen King. Je vais garder tous ces conseils. Pas pour faire du King, mais pour être efficace.

Pour ceux qui ne connaissent pas trop l’auteur, ou qui ont une mauvaise image de lui. Je vous conseille au moins de lire « Différentes saisons » et « 22/11/63 », avant de porter un jugement définitif sur le Maître !

PS : Si vous voulez seulement en savoir plus sur lui, je vous conseille, aussi, le numéro 80 de la revue Bifrost.

 

 

2 réflexions sur “Écriture : Mémoire d’un métier de Stephen King

  1. Sacré écrivain effectivement. Dans un autre genre il me fait penser à Gemmel. Tous deux sont regarder avec une certaine hauteur quant à la qualité de la plume, malgré tout, leur style est très efficace et ce qui est surprenant doté d’une force évocatrice qui doit faire pâlir d’envie les jaloux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.