Couverture le Nexus du Docteur Erdmann

Le Nexus du Docteur Erdmann, quand les retraités s’en mêlent.

Le Nexus du Docteur Erdmann est une novella de Nancy Kress, publié en janvier 2016 dans la collection Une Heure Lumière des éditions du Bélial, collection déjà présentée sur ce blog.

Cette novella a gagné le prix Hugo 2009 du roman court. L’auteure est méconnue en France, mais les éditions du Bélial’ s’arrangent pour y remédier.

Le récit est contemporain et l’action se déroule essentiellement dans une maison de retraite aux États-Unis.

Le Docteur Erdmann était un grand physicien. Désormais, il vivote, même s’il continue à donner des cours à l’université.

Il est victime, de ce qu’il pense être au départ, une attaque cérébrale. Cependant, les examens ne révèlent rien de particulier. Mais, il se rend vite compte que d’autres résidents en ont été victimes aussi. Des résidents qui vont l’accompagner tout au long du récit.

Evelyn Krenchnoted, cancanière comme pas deux, Erin Bass une hippie mystique et une ancienne danseuse étoile, entre autres.

Les résidents vont vite se rassembler pour mener l’enquête, malgré leurs mésententes.

Il y a aussi Carrie Vesey, l’aide de maison du Docteur qui va prendre une part active à l’enquête et tenter de comprendre ce qui se passe.

L’action monte crescendo et les catastrophes s’enchainent.

Les personnages sont, dans l’ensemble, sympathiques. Le Docteur Erdmann, malgré son caractère exécrable, est attachant. Il est frustré de vieillir alors que son cerveau fonctionne parfaitement. En dépit de son intelligence prodigieuse il est contraint de se contenter de quelques cours à la fac, alors qu’il a grandement contribué au programme nucléaire américain. Ce qui nous donne un vieux professeur aigri.

Les résidents de la maison de retraite sont tout aussi drôles et attachants. Ce n’est pas tous les jours qu’un récit se déroule dans ce lieu pas franchement attirant, la sauce prend bien de ce côté-là.

Concernant l’aide-soignante, le personnage n’est pas le plus réussi, un peu concon, mais gentille, elle a, bien sûr, un mari flic, alcoolique et violent.

L’élément SF est distillé au compte-goutte au fil du récit. L’essentiel de la trame se déroule comme une enquête.

Le style est fluide et agréable. Très humain et drôle. Il se lit vite. Mais le côté SF est déjà vu (pour ma part).

Ce n’est pas le meilleur de la collection. Mais j’ai quand même passé un bon moment en le lisant.

[spoiler title=’Spoil sur l’élément SF » style=’default » collapse_link=’true »]Cette assemblée de vieux qui gagnent des pouvoirs psychiques en commun d’une grande puissance et l’extra-terrestre qui se dépêche de rejoindre la terre pour les assister dans leur ascension, n’est pas sans rappeler “Les enfants d’Icare” d’Arthur C. Clarke. Il m’a été difficile de ne pas faire le parallèle avec ce livre, même s’ils sont très différents dans la forme. J’ai vraiment eu l’impression de lire “Les enfants d’Icare” au rabais. [/spoiler]

 

 

Les autres avis des blogueurs : l’Ours inculte, Nicolas Winter, Blackwolf, le Chien critique, Yogo, Yossarian, Cyrille, Livresse des mots, Nebal, Jeanne, Wagoo, Lydiane, Lorhkan

9 réflexions sur “Le Nexus du Docteur Erdmann, quand les retraités s’en mêlent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.